Accueil / A la une / Que prévoit la loi en cas de décès du président de l’Assemblée nationale ?
cnt

Que prévoit la loi en cas de décès du président de l’Assemblée nationale ?

Le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso Salifou Diallo est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, de suites de maladie à Paris. Selon le règlement  de l’institution, son remplaçant  devra être élu dans les quinze jours qui suivent la vacance.

La résolution N°001-2016/AN, portant règlement de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, indique en son article 17, alinéa 3 que : «En cas de vacance de la Présidence de l’Assemblée nationale par application des articles 91, 92 ou 93 de la Constitution, l’Assemblée nationale élit un nouveau président dans les quinze jours qui suivent la vacance si elle est en session. Dans le cas contraire, elle se réunit de plein droit».

L’article 91 de la Constitution du Burkina Faso précise que : «Le Président de l’Assemblée nationale est élu pour la durée de la législature à la majorité absolue (plus de la moitié des voix, ndlr) au premier tour, à la majorité simple au second tour».

En rappel, Salifou Diallo, 60 ans, s’est éteint ce samedi 19 août 2017, alors qu’il présidait la 7e législature depuis le 30 décembre 2015.

Il était secondé par Bénéwendé Stanislas Sankara (1er Vice-Président, UNIR-PS, majorité)), Lona Charles Ouattara (2eVice-Président, UPC, opposition), Juliette Bonkoungou/ Yaméogo (3e Vice-présidente, CDP, opposition), Ousséni Tamboura (4e Vice-président, MPP, pouvoir) et Salamata Konaté (5e Vice-présidente, MPP).

Agence d’Information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *